Mes dernières lectures #18

by - 7.11.18

Mes dernières lectures

Comme chaque semaine, voici les chroniques de mes dernières lectures
Au programme: un conte féministe dans une Amérique latine imaginaire, une bande dessinée sur le manichéisme de la justice et enfin un roman sur l'histoire d'une jeune fille handicapée dans l'Amérique du début du XXe siècle.



Ce que je sais de Vera Candida de Véronique Ovaldé

Publié en poche le 24 août 2011 chez J'ai Lu, 320 pages

Résumé de l'éditeur:

Sur une île imaginaire, l'histoire de trois générations de femmes qui semblent destinées à enfanter des filles sans père. Jusqu'à Vera Candida, qui fuit Vatapuna pour se forger une autre destin, avant d'y revenir.

Mon avis:

Un conte réaliste, puissant et original.
Avec une écriture fine et imaginative, fantaisiste, l'auteure nous présente quatre générations de femmes vivant sur une île qui n'existe pas, dans une Amérique latine imaginaire.

Ces femmes ont des caractères et des trajectoires de vie très différents mais une chose se répète: chacune devra cacher le nom du père de leur fille.
Rose, Violette, Vera et Monica-Rose, vivront avec une sorte de malédiction au dessus de la tête, celle de voir leur vie ébranlée par des hommes horribles.

Vera Candida, après un événement tragique décide de quitter son île natale, elle arrive en ville, travaille, élève sa fille avant de rencontrer Ixtaga et de profiter enfin de la vie.
L'auteure nous offre alors un personnage masculin digne d'admiration: Ixtaga.
Un journaliste féministe qui tombera éperdument amoureux de Vera et lui redonnera confiance en les hommes.
Vera sera toutefois hantée par le souvenir de sa grand-mère et rongée par le remord d'être partie sans prévenir, des années plus tôt.
Quand, à la fin du roman, elle apprend que sa mort est proche, elle retourne chez elle, pour boucler la boucle, retrouver sa grand-mère et se venger.

Nous suivons donc l'évolution de ce personnage féminin fort, à travers un récit initiatique prenant place dans une Amérique latine certes imaginée mais qui reste confrontée aux mêmes problèmes que celle que nous connaissons: violence, sexisme, brimades de la liberté d'expression, réseaux mafieux, présence de réfugiés nazis.

Roman d'apprentissage, conte humaniste et fable fantastique, un roman unique qui fait penser.

Ma note: ★★★☆☆
Acheter le livre


Du sang sur les mains de Matt Kindt

Publié en janvier 2018 chez Monsieur Toussaint Louverture, traduit par Martine Céleste-Desoille, 272 pages

Résumé de l'éditeur:

À Diablerouge, à la frontière avec le Canada, dans les années 1960, le célèbre Inspecteur Gould se trouve confronté à une vague de criminels singuliers sévissant dans sa ville : une voleuse de chaises proustiennes, un pickpocket amnésique, un don juan aux mille visages… 
Saura-t-il résoudre toutes ces affaires ? Décèlera-t-il les liens entre elles ? Comprendra-t-il que, dans l’ombre, un être diabolique arme patiemment un piège destiné à l’anéantir, lui et ses idéaux?

Mon avis:

Deuxième bande dessinée lue à l'occasion du prix du Polar de la SNCF.

L'inspecteur Gould est brillant. Il résout toutes les affaires, aucun malfrat de lui échappe.
Mais il a une vision très manichéenne de la justice et travaille comme un robot, de façon déshumanisée, en utilisant par exemple des caméras cachées.
Il délaisse sa femme, obnubilé qu'il est par son rôle de justicier invincible.
Derrières des crimes loufoques se cache en réalité une personne ayant comme objectif de faire douter l'inspecteur, de l'anéantir.

J'ai beaucoup aimé la mise en page et les dessins de cette BD, très originaux, présentant une belle alternance de styles.
L'histoire, composée de plusieurs intrigues, crimes, enquêtes, s'avère être un vrai puzzle psychologique dont il est difficile de trouver la trame narrative. J'ai souvent été perdue et n'ai pas toujours compris où l'auteur voulait en venir.

Malgré les difficultés de compréhension auxquelles j'ai du faire face, j'ai apprécié la lecture de cet ovni graphique, de ce thriller psychologique offrant de belles réflexions sur l'art et la morale.

Ma note: ★★★☆☆
Acheter ce livre

Du sang sur les mains de Matt Kindt



Miss Jane de Brad Watson

Publié le 5 septembre 2018 chez Grasset, traduit par Marc Amfreville, 384 pages

Résumé de l'éditeur:

Jane Chisolm vient au monde en 1915, dans une petite ferme du Mississippi. Quelques instants après sa naissance, le Dr Thompson saisit un carnet et commence à prendre des notes. Jane est née avec une malformation  : un handicap qu’elle devra surmonter sa vie durant.
Les premières années à la ferme, au milieu d’une nature éblouissante, sont joyeuses et innocentes. Ce n’est qu’à l’approche de ses six ans que la petite Jane prend conscience de sa singularité. Mais sa soif d’apprendre est plus forte que les réticences de ses proches. Elle entre à l’école, se plonge dans les livres. Puis arrive l’adolescence et le Dr Thompson devient son principal confident, y compris lorsque celle-ci tombe amoureuse…


Mon avis:

Brad Watson, avec une écriture élégante et sensuelle, empathique, livre un roman plein d'espoir.

Jane Chisolm naît avec un lourd handicap qui l'empêchera d'avoir des enfants ou des relations sociales normales et grandit dans l'Amérique rurale du début du XXe siècle.
Le décor est bucolique même si la vie à la campagne est rude. Jane s'émerveille de tout, de la nature surtout, elle est dotée d'une curiosité sans borne et d'une belle intelligence.
Ses parents, malheureux dans leur mariage, essayent d'élever leurs filles du mieux qu'ils peuvent même si les soucis causés par la situation de Jane pèsent sur la famille.
Heureusement, ils peuvent compter sur le Docteur Thompson, un voisin, qui rendra visite à Jane chaque semaine pendant de nombreuses années et prodiguera conseils et soutien à toute la famille.
Il deviendra le confident de Jane et son principal ami.

Jane grandit et découvre le désir. La crise de 1929 rend la situation de la famille difficile.
Les progrès de la médecine sont importants mais pas assez rapides pour pouvoir proposer une opération à Jane avant que celle-ci soit entrée dans la soixantaine.

Elle accepte son handicap avec une incroyable volonté et beaucoup de courage et savoure sa vie même dans ses difficultés.

Ce roman, réaliste mais optimiste, poétique et profondément humain, est une ode à la vie.

Ma note: ★★★
Acheter ce livre

Connaissiez-vous l’un de ces romans ?
Que lisez-vous en ce moment ?

Cet article contient des liens affiliés Amazon. En commandant via ces liens, vous participez à soutenir mon activité sur ce blog. Le prix reste le même pour vous. Sinon, n’hésitez pas à vous fournir auprès de votre petite librairie de quartier, qui a aussi besoin de vous !
Dans tous les cas, MERCI ♥︎

NB: Pour visualiser correctement tous les liens de cet article, il vous sera peut-être nécessaire de désactiver momentanément votre module AdBlock ou de classer Mon Journal Doré dans votre liste verte. Pas de panique, il n’y a aucune pub intempestive ou invasive sur le blog !

You May Also Like

0 commentaires